Le livre papier se porte à merveille !

         Quelle n’a pas été ma surprise de tomber sur un article du journal 24 Heures informant de la bonne santé du livre papier. Depuis trois ans, aussi bien en Suisse qu’en France voisine, les ventes ont augmenté au rythme de 3 % par année. Pareil phénomène est observé aux États-Unis et en Grande-Bretagne, où le livre numérique atteint pourtant près du tiers de toutes les ventes, alors qu’il n’est que de 10 % chez nous. 

         Le livre papier est vivant, bien vivant ! Contrairement au monde musical où la révolution numérique a totalement redessiné le marché, renvoyant CD et vinyles au grenier, l’e-book a de la peine à supplanter le bon vieux bouquin. Après avoir prédit sa mort, les Cassandre tournent leur veste et s’en prennent aujourd’hui au livre numérique, allant jusqu’à le qualifier de « pétard mouillé » (sic). Position tout aussi indéfendable eu égard au progrès que celui-ci amène ne serait-ce que dans l’allègement du cartable de nos enfants ou de la valise du voyageur. Force est de constater qu’il existe un réel marché pour les deux, la version papier tenant certes la corde, « les gens passant déjà beaucoup trop de temps devant l’ordinateur », comme l’avance une libraire interviewée dans l’article. 

         « Le livre est comme la cuillère — une invention qui ne peut être améliorée » disait Umberto Eco. Bien que séduit par les propos du génial auteur du Roman de la Rose, il fallait que je m’en convainque au-delà d’un simple hochement de tête. C’est sur internet que je suis allé à la recherche des éléments susceptibles d’alimenter ma réflexion, hé oui! Au final, il en ressort des arguments incontestables que je me réjouis de partager ici. 

         Tout d’abord, en y regardant bien, ce merveilleux objet appelé LIVRE, fonctionne sans câbles, sans circuits électriques, sans batteries. De ce fait, nul besoin de le réinitialiser ni de le recharger. LIVRE peut être utilisé indéfiniment ; compact et portable, emporté partout. Il suffit de l’ouvrir pour commencer à profiter de ses nombreux atouts. LIVRE est constitué de feuilles de papier numérotées de manière séquentielle pouvant contenir chacune plusieurs milliers de bits. Un simple geste du doigt vous emmène à la page suivante. Grâce à une technologie dite du papier opaque, chaque côté peut être imprimé, ce qui double la capacité de stockage. Les feuilles sont solidaires à la faveur d’un dispositif de feuillets cousus ensemble, portant le nom de reliure. 

         Il est par ailleurs recommandé de se doter d’un accessoire optionnel appelé « marque pages » ou Bookmark. Celui-ci facilite l’ouverture de LIVRE à l’endroit exact de la fermeture de la session précédente. Cet accessoire répond à des normes internationales qui autorisent son utilisation sur tous les modèles et types de LIVRE. Également en option, il est suggéré d’acquérir un crayon lequel permet le soulignement ou la rédaction des notes dans les marges ou en bas de pages, grâce à une pointe composée de graphite et d’argile. 

LIVRE est un produit obéissant aux plus hautes exigences en matière de protection de l’environnement. Il est constitué exclusivement de matériaux 100 % recyclables. 

         Je vous souhaite, à vous aussi, de vivre l’expérience LIVRE et ne résiste pas à vous « livrer » ce conseil pertinent de Bernard Pivot : « Offrez des livres ! Ils s’ouvrent comme des boîtes de chocolat et se referment comme des coffrets à bijoux ».

Popularlibros.com – BOOK – Versión completa : https://www.youtube.com/watch?v=iwPj0qgvfIsCela ressehttps://www.youtube.com/watch?v=iwPj0qgvfIsmble

Publié par efix1955

Allez savoir pourquoi j’avais opté pour la filière latin dès l’âge de 12 ans? Ce n’était certainement pas pour aboutir, quelque douze ans plus tard, à l’obtention du titre de ingénieur agronome de l’Ecole polytechnique de Zürich, pire encore, en 1984, au grade de Dr ès Sciences techniques de la même école. Et pourtant. Soyons honnête, ce choix d’ado pré-pubère me venait de l’amour de la langue, la langue française, évidemment. Aujourd’hui, en fin de carrière professionnelle - j’ai viré ma cuti dans les années quatre-vingt dix pour reprendre des études en communication et relations publiques et m’y consacrer jusqu’à ce jour - me voilà au seuil d’un rêve de toujours: ÉCRIRE. Depuis un certain temps déjà, j’ai mis le pied dans la porte. J’ai un aveu à vous faire: J’ai la plume qui me démange. Alors bienvenue dans le monde de mes démangeaisons.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :